Image default
Vie Pratique

Adoptez la Slow Cosmétique

La Slow Cosmétique… Kezako ?! Tiens tiens tiens…! Cette appellation m’a beaucoup interpellée à la réception du communiqué de presse des Editions Leduc. Et puis, j’ai regardé le nom de l’auteur : Julien Kaibeck. Oh, ça ne serait pas Julien, le Julien que je suis sur Internet ? Julien du blog L’essentiel de Julien ? Bim, dans le mille ! J’envoie donc un petit mail à Julien et quelques jours plus tard nous nous retrouvons à échanger au téléphone au sujet de son livre…

Pourquoi un blog ?

« A la base, je donne des formations en cosmétique naturelle et en aromathérapie aux pharmaciens, notamment. Le blog me semblait être la meilleure plateforme pour parler de mes formations, justement. Et puis, c’est aussi un moyen de toucher un public beaucoup plus large. »

Comment es-tu arrivé au concept de Slow Cosmétique ?

Le terme « Slow Cosmétique » est assez récent, je l’ai élaboré (et déposé !) en mai 2011 alors que certaines parties du bouquin étaient déjà construites. J’ai d’ailleurs réécrit certaines parties du bouquin ensuite ! En lisant la presse, j’ai constaté que l’on parlait beaucoup de « Slow Sex », Slow quelque chose… Alors, « Slow Cosmétique » m’est arrivé tout naturellement… C’est un terme compréhensible par tous qui signifie « consommer moins et mieux ». Et puis, la slow cosmétique comprend aussi toute une dimension écologique à ne pas négliger.

Parle-moi de la partie « consommer moins et mieux ». Quels conseils peux-tu donner pour s’y mettre ?

» Pour consommer moins, il faut savoir prendre de la distance sur le diktat cosméto. Il faut également bien se connaître : prenez par exemple une heure pour bien connaître votre peau, pour effectuer un diagnostic. Cela vous permettra de comprendre votre épiderme et de ne surtout pas dramatiser. Sachez que la peau a essentiellement besoin d’être nettoyée (avec un nettoyant doux non agressif), hydratée et bien protégée. Ensuite, à vous de trouver les produits adaptés à vos besoins ! Pour consommer mieux, il faut savoir lire les étiquettes et ne pas croire le discours très marketé de la cosmétique traditionnelle, qui par exemple va composer ses sérums d’actifs inertes, d’eau… et les vendre très cher ! Je suis venu à la Slow Cosmétique car j’ai été déçu par la cosmétique traditionnelle, pour ma part.

Quid de la dimension écologique de la Slow Cosmétique ?

« C’est un véritable combat. La cosmétique traditionnelle pollue énormément. Je pourrais même utiliser le terme « Beautyterroriste » tant je tiens à dénoncer les composants dérivés de la pétrochimie, les silicones qui se répandent dans l’environnement… Les produits conventionnels ont un impact très lourd sur l’environnement et on en parle peu… »

Ton discours et ton blog sont un peu à part dans cette blogosphère beauté qui incite et invite à la surconsommation. Que penses-tu de ce phénomène ?

« Je lis d’autres blogs beauté comme le tien, celui de Beaute-Blog et de Planete-Beauté. Vous êtes mes blogueurs de référence. Moi je ne fais pas de test de produits sur mon blog car les autres blogueuses / blogueurs beauté le font très bien ! La seule chose qui me manque sur certains blogs ce sont quelques lignes sur la composition dudit produit ou sur le sens de la cosmétique. L’essentiel, si on conseille de la cosmétique conventionnelle, c’est de le faire en tout état de cause, sans trop se leurrer ! »

Quels sont tes produits « Slow » préférés ?

Je m’oriente davantage vers des produits bio ou faits soi-même pour bien doser les actifs. J’aime beaucoup les huiles végétales de Sanoflore ou de Weleda par exemple. C’est uniquement de la graine pressée dans une bouteille, alors c’est bon ! Weleda et Les Douces Angevines sont des marques quasiment slow… Mais pas totalement car le prix, lui, ne l’est pas !

Merci Julien ! 😉

En tout cas, je vous encourage à lire « Adoptez la Slow Cosmétique » de Julien Kaibeck. Je ne l’ai pas encore lu jusqu’au bout, mais il ne se lit pas d’une traite : je le vois plutôt comme un petit guide pratique, composé notamment de fiches slow / pas slow. Vous trouverez également quelques recettes, un point bien complet sur les logos de la cosméto (oui, parce que moi je m’y perds à force !). Bref, même si je suis loin d’être Slow dans mon attitude cosméto, cette approche me plaît. Je ne m’y mettrai pas totalement, car vous le savez, je n’aime pas le bio. Mais au moins, je mets le moins de produits possible, je sais que je me colle des silicones sur la face… Mais c’est une philosophie que je vous invite à étudier !

Tags: blog, cosmétique, julien kaibeck, lessentieldejulien, livre, slow cosmétique

Autres articles

Bientôt la fin de bareMinerals en France ?

Irene

Anaca3, les compléments alimentaires stars de la télé-réalité

Irene

Douche autobronzante : la brumisation, un moyen efficace pour un teint hâlé sans soleil ?

Irene

J’ai testé le soin qui fait pousser les cils

Irene

Microshading : le tatouage des sourcils nouvelle génération

Irene

Ne m’appelez plus blogueuse…

Irene

Hydrafacial : le secret d’une peau douce et lumineuse, comme celle d’un bébé !

Irene

Dans les coulisses – Comment prendre de belles photos Instagram ?

Irene

Bouton de fièvre : mes conseils pour en venir à bout

Irene

Allergies : comment se maquiller au printemps ?

Irene

Sébium Global Cover Bioderma : une bonne piste pour peau grasse

Irene

Teint ensoleillé pour peau claire

Irene