Image default
Boutique en ligne

Montblanc : le symbole d’une étoile

Montblanc, la célèbre marque de stylos haut de gamme. Découvrez dans cet article la philosophie de Montblanc concernant les stylos de la gamme.

Le symbole d’une étoile c’est Montblanc

Le pouvoir symbolique d’une étoile montante a, de tout temps, fasciné l’homme quelle que soit sa culture. Quand il lui accorde une signification spirituelle, ce qui n’échappe pas à l’initié, il la considère comme le symbole le plus flamboyant de sa philosophie. Quand il projette son rayonnement dans le monde profane, il l’associe volontiers aux lumières scintillantes du cinéma, ce qui lui permet de promouvoir ses idoles au rang de “stars”.

Dans un cas comme dans l’autre, l’homme a toujours eu conscience que l’étoile s’inscrivait dans la géographie de l’exceptionnel.

C’est également vrai en ce qui concerne l’étoile blanche de Montblanc, celle qui apparut à l’horizon des marques de luxe à l’aube du XXeme siècle. Elle s’infiltre d’abord avec timidité et prudence au jugement du public. Puis elle s’impose avec persévérance et assurance dans une courbe ascendante pour enfin atteindre son apogée et éclipser ses concurrents.

Chaque jour, des centaines de milliers de personnes regardent l’étoile blanche en utilisant leur stylo. Cet astre flamboyant escorte les décisions, les désirs, les espoirs ou les pensées, l’éloge ou la critique, les mots qui traduisent le doute ou le bien-être, ceux là même qui sont couchés chaque jour sur le papier.

Une fabrication artisanale minutieuse permet à l’étoile Montblanc de briller au sommet des grandes marques. Une technologie sophistiquée, un savoir-faire progressivement mis au point, un sens esthétique de la ligne, concourent à la qualité des produits Montblanc et à leur succès.

En quelques images et en quelques notes, nous avons la volonté de rappeler quelques uns des moments les plus marquants des 100 ans le la société Montblanc. Nous ne pourrons ni être chronologique, ni avoir une longue compilation de détails techn iques compliqués, mais peut être une lecture distrayante : l’humble histoire d’une grande marque.

Les créateurs d’âme

Le stylo dessine des cercles sur le papier. Les mouvements calmes et contrôlés créent une mélodie. Un rythme, un son à peine audible que seule l’initiée peut comprendre. Dans ce cas, cette initiée est une femme, une muse de la danse, qui se dévoue à son travail dans une splendeur solitaire. Depuis plus de vingt ans, Ayla Wendt consacre ses efforts aux seules performances de ces plumes.

Heure après heure, elle reste silencieuse, enfermée dans un monde qu’elle est seule à connaître, isolée de tout ce qui l’entoure. Sa main anime la plume, son regard suit chacun de ses mouvements, son oreille écoute… Tous ces sens sont concentrés sur sa tâche. Essayage des plumes Montblanc

Si la danse est effectuée à la perfection, la plume est parfaite. Dans le cas contraire, la plume est renvoyée à la production pour être retravaillée.

Ce rituel solitaire n’est que l’un des 50 contrôles qualité que doit passer une plume avant d’être considérée comme parfaite. Ce n’est qu’après avoir franchi ses étapes qu’elle sera vendue à son futur propriétaire.

Pour savoir à quel point ces contrôles sont exigeants, il vous suffit d’observer la magie D’ayla Wendt au travail. La moindre fausse note, qu’une oreille non initiée ne pourrait pas déceler, arrête son mouvement et lui fait poser la plume, un peu comme un violoniste s’arrêterait de jouer sur un instrument désaccordé.

La sérénité qui émane de son travail correspond à sa personnalité, à ses aspirations personnelles. C’est une personne posée, quelqu’un qui préfère écouter, plutôt que de parler d’elle même. Il n’est donc pas surprenant que ses plus grands plaisir soient les longues marches dans la campagne et la lecture. “Un bon livre peut me fasciner et me transporter dans un monde complétement différent pendant des heures, parfois même des jours”, déclare t-elle. Et, au ton remarquablement posé de sa voix, on peut presque sentir une partie de ce monde privé dans lequel elle semble s’enfermer quand elle travaille.

Comment a-t-elle fait pour développer cette sensibilité extraordinaire nécessaire à son travail ? “Vous devez apprendre à faire confiance à vos sentiments, dit elle humblement. Écouter, regarder, essayer. Au cours des années, vous développez un sentiment particulier, une empathie. Mais seulement si vous êtes complétement dévoué à cette tâche. Vous ne pouvez pas vous permettre de penser à autre chose ou d’être de mauvaise humeur, sinon vous n’êtes pas capable de faire le travail correctement. Je me dévoue entièrement à la plume comme je le ferais avec une personne qui a quelque chose d’important à me dire.”

L’écriture, traduction de la personnalité

“Par la magie de l’écriture manuscrite, un être nous apparaît”, nous dit Goethe, en 1812.

Cela mérite une explication. Situé dans le temps, un texte manuscrit se révèle aux autres à un moment donné de son histoire. Mais c’est aussi le vecteur qui nous rapproche des générations futures. Un manuscrit original ne nous parle-t-il pas plus que sa version imprimée, tirée à des centaines de milliers d’exemplaires ? Ne juge-t’on pas mieux du travail de l’auteur, de son inspiration et du processus de création au travers de ses brouillons et ses ratures plutôt que quand le texte est imprimé ?

La encore, on peut invoquer le témoignage de Goethe, qui déclare, en 1820, que l’écriture manuscrite est révélatrice du tempérament et de l’état d’esprit de chacun, et qu’elle nous laisse à tout le moins entrevoir sa personnalité et sa manière de se comporter dans la vie.

Qui n’a pas, dans sa jeunesse, tâtonné et essayé plusieurs types d’écriture, jusqu’à ce qu’il trouve celle qui lui convienne ? Les graphologues vous diront que l’écriture est liée à la personnalité, comme Prométhée à son rocher, et qu’on ne peut pas en changer. Et si c’était, au contraire, l’esthétique adoptée, la préférence pour tel ou tel graphisme, qui influait sur le caractère et sur la formation de la personnalité ? Autrement dit, l’écriture n’est elle qu’un reflet, ou joue-t-elle en soi un rôle déterminant ?

Quoi qu’on en pense, on ne peut nier que l’écriture manuscrite soit un facteur culturel de la plus haute importance. C’est elle qui nous a permis de conquérir le monde, pour le meilleur et pour le pire. L’homme n’étant pas un être purement rationnel, mais aussi régi par ses émotions, la dimension esthétique présente dans l’écriture manuscrite fait que l’on s’attache souvent plus à la forme qu’au fond.

Prenons par exemple les lettres d’amour que s’adressaient jadis nos aïeux. A moins d’avoir eu un grand-père poète ou romancier, elles ne présentent, la plupart du temps qu’un intérêt anecdotique. Pourtant, nous les conservons précieusement au fond d’un tiroir.

N’est ce pas parce qu’à travers ce graphisme ampoulé, ces pleins et ces déliés, accompagnés de fioritures savantes, s’exprime tout le feu de la passion ?

Un professeur de design de Hambourg, Martin Handersch, retire de sa longue expérience l’idée que l’écriture manuscrite joue un rôle essentiel dans la formation intellectuelle de l’individu. “Posséder une belle écriture, cela aide à clarifier l’esprit et à se cultiver” dit il.

Malheureusement, la calligraphie, assimilée à une certaine forme de pédantisme, passe aussi de nos jours pour une brimade. Rares sont les personnes qui prennent le soin d’apprendre à bien écrire, la plupart se contentent de gribouiller ou dactylographier tous leurs textes.

Martin Andersch s’efforce d’inculquer à ses étudiants une nouvelle conception de l’écriture manuscrite, susceptible de les aider dans leur cursus universitaire.

Lorsqu’en 1908, nos trois industriels créent à Hambourg une fabrique de stylos à plume, ils ne se doutaient pas qu’ils auraient l’honneur de figurer 100 ans plus tard, parmi les défenseurs de la culture de l’écriture manuscrite, traditionnelle et soignée, contre les prétentions réductrices et appauvrissantes de la technologie moderne.

  • Oui, le stylo à plume est le gardien de notre héritage culturel.
  • Oui, il préserve le caractère individuel de chaque texte.
  • Oui, il fait appel au style, et il empêche le message de déchoir au rang de simple échange informatif.

Objet de prestige chez les gens cultivés et attachés aux valeurs, il réalise la symbiose entre la perfection technique et la perception de ce qui compte à nos yeux.

Mieux il nourrit l’inspiration : un stylo à plume qui glisse sur le papier aide à suivre le fil de ses idées et donc à s’exprimer clairement.

Cela seul suffit à justifier tous les efforts déployés à le mettre au point.

Autres articles

Acheter une alarme sur Internet en toute sécurité

administrateur

Comment trouver des idées originales de cadeaux ?

administrateur

Bienvenue sur Franck L, Le blog de marketing digital

administrateur